jeudi 17 avril 2008

Disparition


La mort d’Aimé Césaire est une perte pour la France et pour le monde. Avec sa disparition, c’est une grande figure humaniste qui s’est éteinte, une des consciences les plus éminentes de notre temps

Bien évidemment, Aimé Césaire était d’abord cet immense poète qui avait fondé avec son ami Léopold Sedar Senghor le concept de "négritude"
.

Militant infatigable des Droits de l’Homme, cet érudit a consacré sa vie à la lutte contre le racisme, au dialogue entre les cultures, à la reconnaissance de la mémoire de l’esclavage.

Je pensais à lui, le 19 mars dernier, lorsque j’inaugurais à Lyon en présence d'Abdou Diouf une maison de la francophonie, première du genre en France.

Homme de gauche, Aimé Césaire fut maire de Fort-de-France plus d’un demi-siècle durant.

J'ai aujourd’hui une pensée émue pour tous ses amis de la Martinique qui voyaient en lui un père spirituel.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

OUI c'est une grande perte pour le monde et pour les humanistes. Aimé Césaire ne louait pas à priori la diversité pour la diversité mais savait affirmer haut et fort que tout homme nait et grandi libre et égal en dignité et en droit.
C'est juste de rappeler qu'homme de gauche, il a su trouver les mots justes pour que les commémorations servent à nourir le travail de mémoire sur l'esclavage
Simone

Jacky a dit…

Cher M. Collomb

Vous avez raison de souligner le combat contre le racisme d'Aimé Césaire. Car son combat était bien celui de l'universalité de l'homme au travers la reconnaissance des cultures et des identités spécifiques de chaque être. Un bel hommage. A Lyon cette disparition ne peut qu'être saluée unanymement.

Jacky