dimanche 9 septembre 2007

La concorde et la solidarité

Comme je le fais chaque année, je me suis rendu hier à la cérémonie du vœu des échevins

Je réponds toujours avec plaisir à cette invitation pour célébrer ce temps fort de la vie de la communauté catholique de Lyon comme j’assiste à l’ensemble des grands événements qui marquent la vie des principales religions présentes dans notre agglomération. Ainsi je serai dans les prochains jours avec la communauté musulmane pour les fêtes du Ramadan, et avec la communauté juive pour les fêtes de Roch Hachana et de Yom Kippour.

Le fait religieux étant un élément fondamental de la personne humaine, je porte une égale attention aux différentes communautés qui composent notre cité car je veux que chaque Lyonnais, quelles que soient ses origines, ses convictions ou ses croyances les plus intimes, se sente pleinement représenté par son Maire. Cette conception correspond à un modèle lyonnais que j’ai toujours défendu et qui se trouve au fondement de « Concorde et Solidarité » ; un groupe de dialogue que nous avons créé avec l’ensemble des représentants des cultes afin de témoigner qu’à Lyon chacun peut pratiquer librement sa religion et avoir la spiritualité qu’il souhaite, dans le respect de celles des autres.

Ce dialogue que j’entretiens en permanence avec les autorités spirituelles a permis que se crée dans notre cité un véritable climat de confiance et de sérénité dans lequel la concorde l’a toujours emporté sur l’invective, en particulier dans des périodes où l’actualité internationale pouvait susciter des tensions ou chaque fois que des actes de violence pouvaient faire vaciller l’unité même de notre cité.

Au fond, c’est ce message que je veux porter haut et fort à travers toutes les actions que je mène pour Lyon que ce soit en faveur de la paix dans le monde, dans la construction d’un territoire équilibré ou dans la recherche permanente de solutions nouvelles pour construire ensemble un avenir durable où chacun puisse vivre dignement, dans le respect de ses valeurs et de ses convictions.



3 commentaires:

Anonyme a dit…

Je suis un peu surpris face à votre réaction et à la réaction du PS Lyonnais dans son ensemble face à la mort de Raymond Barre. Quand on voit comment vous et vos amis politiques traitez l'opposition aujourd'hui, quand on voit jusqu'où vous poussez le sectarisme et le manque de respect à l'égard de vos adversaires ! On ne peut qu'être surpris. Vous n'avez pas retenu la moindre leçon de la part de celui dont vous prétendez aujourd'hui être l'héritier. Il est vrai que Raymond était un Monsieur, un Homme digne de ce nom. Il vous a toujours traité avec Beaucoup de respect et non pas de mépris dont vous savez parfaitement user et abuser face à l'opposition et donc à vos adversaires politique ! Quelle surprise de lire dans la presse que lorsque Raymond Barre, alors qu'il était Maire de Lyon, n'a jamais manqué de vous prévenir et de vous inviter lors de ses déplacements sur le 9ème, Alors que Vous ne daignez même pas citer les élus de l'opposition lorsqu'ils sont présents à des manifestations ! Je ne pense pas que vous soyez digne de rendre hommage à Raymond Barre !

Solange a dit…

Monsieur Collomb

Je suis d'accord avec vous pour dire que la religion est un élément fondamental de la personne humaine. Je suis totalement votre raisonnement sur la façon dont nos élus doivent gérer les relations de la cité avec les cultes. En revanche je m'inquiète de la poussée des religions dans la sphère publique. En effet, comment se fait il qu'à la veille de chaque élection le diocèse de Lyon remet toujours sur le tapis les dossiers de rénovation de leurs lieux de cultes ? N'y a t'il pas dans ces cas précis à appliquer les règles de base de la laïcité de séparation de l'église et de l'état ? En tout cas je continuerai à vous soutenir tant que pour votre part vous n'aurez pas une vision sectariste.

Avec toutes mes amitiés,

Solange

Anonyme a dit…

C'est très important de souligner le lien entre paix et concorde à construire içi et dans le monde, je crois que c'est cela l'élément fondamental de l'humanité, nous sommes vraimlent en inter démendance sur notre planète terre .
Mais je pense qu'il faut aussi que les responsables des cultes admettent que la laïcité c'est aussi reconnaitre ceux et celles qui ne se retrouvent dans aucune vision spirituelle.
Or le danger de l'évangélisme, d'une certaine condescendance charitable vis à vis des non croyants, sont toujours à l'oeuvre, et risquent de se renforcent dans un monde qui doute. Le politique doit faire respecter une vision humaine pour que chacun, et tous, vivent dans un espace publique partagé.
Simone