mercredi 25 mai 2011

Parti Socialiste

" Rassembler pour 2012 "
La situation politique inédite que nous vivons doit amener le Parti Socialiste   à se rassembler afin de se présenter uni devant les Français au moment de l'élection présidentielle et d'offrir une alternative crédible à Nicolas Sarkozy. C'est ce qui m'a conduit à initier une lettre ouverte à Martine Aubry, Première Secrétaire du PS, d'ores et déjà signée par de nombreux responsables politiques régionaux et nationaux. J'invite toutes celles et tous ceux, élus, militants, sympathisants de la gauche, se reconnaissant dans cette démarche, à signer cet appel.

Chère Camarade et Première Secrétaire,

La situation politique à laquelle notre parti est confronté est exceptionnellement grave.

C’est pourquoi il apparaît aux signataires de ce courrier que nous ne pouvons poursuivre le processus des primaires sans prendre en compte le bouleversement qu'elles constituent pour l’ensemble de nos concitoyens et plus particulièrement pour les militants et sympathisants socialistes.

Que les primaires aient lieu - compte-tenu de l'annonce faite et de l'attente des Français - est évident. Que chacun des candidats s’astreigne à un code de bonne conduite est indispensable. Mais il nous semble qu'il faut aujourd’hui aller plus loin. 

En effet, tout candidat du PS, élu contre un autre dans un scrutin serré, après une campagne qui sera forcément vive, serait fragilisé. Pour le premier tour de la Présidentielle d’abord ! Pour permettre la victoire de la gauche ensuite.

Nous pensons donc qu'un accord entre les principaux candidats potentiels est nécessaire afin de réaliser un rassemblement qui se fasse pour les primaires autour de l'un d'entre eux. De cette façon, il serait désigné par une forte majorité des votants, ce qui lui confèrerait une légitimité plus forte.

Nous t'assurons, Chère Camarade et Première Secrétaire, de toute notre amitié.


"Rassembler pour 2012" : Signer l'appel ici !

Premiers signataires : 
Gérard Collomb, Sénateur-Maire de Lyon, Président du Grand Lyon ; François Patriat, Sénateur de la Côte d'Or ; Jean Besson, Sénateur de la Drôme ; Rachel Mazuir, Sénateur, Président du Conseil général de l'Ain ; Christiane Demontès, Sénatrice, Maire de Saint-Fons ; Martial Bourquin, Sénateur du Doubs ; Jacky Le Menn, Sénateur d'Ile et Vilaine ; Serge Andreoni, Sénateur des Bouches du Rhône ; Jacqueline Alquier, Sénatrice du Tarn ; Claudine Lepage, Sénatrice  représentant les Français établis hors de France ; Michèle Delaunay, Députée de la Gironde ; Jean-Louis Gagnaire, Député de la Loire, Vice-Président de la région Rhône-Alpes ; Guy Delcourt, Député-Maire de Lens ; Pascal Terrasse, Député de l'Ardèche, Président du Conseil général de l'Ardèche ; Jean-François Debat, Maire de Bourg-en-Bresse, Vice-Président du Conseil régional Rhône-Alpes ;
Marie-Hélène Riamon, Conseillère régionale, Adjointe au Maire de Roanne ; Christian Coulon, Maire de Lyon 8e, Conseiller général du Rhône ; Jean-Pierre Flaconnèche, Maire de Lyon 7e, Conseiller général du Rhône ; Liliane Faure, Maire de Montbrison, Conseillère générale de la Loire ; Gérard Manet, Maire de Tartaras, Vice-Président de Saint-Etienne Métropole ; Joseph Sotton, Maire de Fraisses ; André Iacovella, Maire de Sainte-Colombe-sur-Gand ; Jacques Frecenon, Maire de Saint-Jean-Bonnefonds ; Pascal Poncet, Maire de Saint-Just-en-Chevalet ; Jean-Claude Bertrand, Conseiller général de la Loire ; Georges Kepenekian, Adjoint au Maire de Lyon ; Evelyne Haguenauer, Adjointe au Maire de Lyon ; Martine David, Maire de Saint-Priest, Vice-Présidente du Grand Lyon ; Yves Blein, Maire de Feyzin, Vice-Président du Grand Lyon ; Pierre Crédoz, Maire de Décines-Charpieu,Vice-Président du Grand Lyon ; Paul Serres, Maire de Mions ; Jacqueline Vottero, Conseillère générale du Rhône ; Jean-Louis Touraine, Député du Rhône, Premier Adjoint au Maire de Lyon ; Arthur Roche, Maire de Genay ; Michèle André, Sénatrice du Puy de Dôme ; René Lambert, Maire de Francheville ; David Kimelfeld, Vice-Président du Grand Lyon, Porte-parole de la Fédération du Rhône ; Hubert Julien-Laferrière, Adjoint au Maire de Lyon ; Michel Grégoire, Maire de la Roche-sur-Le-Buis, Vice-Président du Conseil régional Rhône-Alpes ; Guy David, Maire de Saint-Germain-au-Mont-d'Or ; Abdel Achache, Adjoint au Maire de Lyon 3e ; Françoise Casalino , Adjointe au Maire de Valence ; Philippe Tournebize, Premier Adjoint au Maire de Lyon 8e ; Marie-José Basson, Adjointe au Maire de Saint-Priest ; Jacky Darne, Premier Secrétaire de la Fédération PS du Rhône ; Daniel Goux, Premier Adjoint au Maire de Saint-Priest, conseiller communautaire ; Pascal Furnion, Maire de Chaussan, Vice-Président de la communauté de communes du pays mornantais ; Pierre Coeur, Conseiller municipal Rillieux-la-Pape ; Romain Blachier, Adjoint au Maire de Lyon 7e ; Abel Gago, Adjoint au Maire de Lyon 9e ; Karim Matarfi, Adjoint au Maire de Lyon 8e ; Christophe Cohade, Adjoint au Maire de Lyon 8e ; Vincent Gras, Conseiller municipal Meyzieu ; Denis Fuentes, Conseiller municipal Meyzieu ; ... Martin Kern ; Brigitte Serre ; Brahim Halouani ; Chloé Dubreuil ; Ludovic Vlerick ; Maud Roy ; Antoine Peillon ; Eric Touron ; Claude Serpinet ; David Gaspel ; Emmanuel Boissieu ; Christiane Morel-Durand ; Farid Boukercha ; Agnès Chabrerie ; Philippe Ambara ; Michèle Hofmann ; Jean Bonnet ; Jean-Pierre Angosto ; Alain Laveur ; Simone Daret ; Decio Goncalves ;  Christelle Delmas ; Claire Rawas ; Joël Chavannaz ; Jean-Claude Rauch ; Josette Martinez ; Jacques Jouham ; Anne Le Restif ; Serge Barbet ; Antoine Duflot ; Gilles Gaillard ; Patrick Duponchel ; Stéphane Chassignol, ; Eric Grumel ; Valentin Tanyikoy Dimamba ; Samir Bentoumia ; Job Le Gac ; Pascale Braud ; Guy Jacquetton ; Robert Rech ; Pierre Coppens ; Danielle Gicquel ; Ekoué Yves Lakoussan ; Gilles Gaillard ; Joël Orlandi ; Bernard Moussey ; Jean-Charles Oulagnon ;  Alain Combe ; Michèle Bizouard ; François Bizouard ; Jean-Paul Mbuyamba ; Alain Devornique ; Franck Levy ; Thierry Tournier ; Jean Jacquot ; Pierre Uliana ; Yves Mongenot ; Jeannine Mongenot, Dominique Dubrulle ...

11 commentaires:

1OO pensées pour VOUS ! a dit…

Mais depuis le temps qu'on parle de ces primaires, on n'y avait jamais opposé ce genre d'argument.

Cela sous-entendrait-il que si DSK s'était présenté à ces primaires, il n'y aurait pas eu de lutte serrée ? Voilà qui paraît méprisant pour les autres candidat(e)s. Or un code de bonne conduite est indispensable. Cette proposition respecte-t-elle le code de bonne conduite ?

Et pourquoi donc n'y aurait-il pas eu de "lutte serrée" si DSK avait été là ? Simplement pace que les sondages sont maintenant infaillibles ? Argument très douteux...
G.Eloi

Anonyme a dit…

@G.Eloi : pour ma part je pense que si DSK avait été là les primaires en eurent été radicalement différentes. "L'affaire DSK" est un traumatisme pour l'ensemble du peuple de gauche voire au-delà. Dans ces circonstances exceptionnelles il semble incongru de lancer le parti dans une guerre fratricide qui a déjà commencé entre partisans de Martine Aubry et de François Hollande. Or chacun sait qu'entre eux la ligne politique est peu différente. C'est pourquoi je soutiens cet appel au rassemblement qui permettrait pour une fois de sortir de l'ornière des courants en présentant aux français le visage d'une force politique unie et collégiale, capable de dépasser les guéguerres internes.

Slimane a dit…

Le piège à éviter c'est le congrès de Reims avec l'étalement des divisions sur la place publique !

claude.serret a dit…

... un accord entre les principaux candidats potentiels est nécessaire afin de réaliser un rassemblement autour de l'un d'entre eux.

- De cette façon, LE FUTUR DIRECTEUR DU FMI serait désigné par une forte majorité des votants, ce qui lui confèrerait une légitimité plus forte.

- De cette façon, LE FUTUR PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE serait désigné par une forte majorité des votants, ce qui lui confèrerait une légitimité plus forte.

Pourquoi ne pas généraliser cette idée qui évite d'en avoir ?? Elle favoriserait la participation aux différents scrutins en évitant aux électeurs de faire des choix.

1OO pensées pour VOUS ! a dit…

@Anonyme,

Les lignes Aubry et Hollande fort proches. En effet, ils ont tous deux soutenu la candidature de Lagarde au FMI.

Lagarde : citée de manière très nette dans l'affaire Tapie.

Lagarde : la ministre de l'économie qui avait proposé en novembre 2007 ( augmentation-déjà- du prix de l'essence ) aux Français de changer leurs habitudes, et d'aller travailler à vélo.
On aurait pu la prendre au sérieux si...La semaine avant sa proposition d'économies d'énergie chez la populace elle avait dénoncé aussi la décentralisation en Corse d'un Conseil des ministres. Ce qui a fait deux avions ( un pour les personnalités, l'autre pour la flicaille) aller-retour. Si elle avait été logique avec elle même, elle aurait dû proposer à ses collègues de gagner la Corse en pédalo (ou d'annuler la parade bling-bling).

Il y a quand même deux candidat(e)s socialistes aux primaires qui ont émis de sérieuses réserves quant à cette candidature de Lagarde.
Tandis qu'en jouant dans le camp Lagarde, Aubry et Hollande se mettent hors jeu pour les personnes nettement à gauche de notre électorat.

Ah!, mais si on ne soutient pas Lagarde, le FMI échappera à l'Europe, dirons certains.
Si c'est ça l'argument, c'est un mix racisme-colonialisme.
--------------

Tu dis aussi :

"L'affaire DSK" est un traumatisme pour l'ensemble du peuple de gauche voire au-delà..."

Traumatisme. Pourquoi ?

-On parle des Présidentielles 2012, et il n'était pas candidat déclaré.

-Les sondages en avaient fait leur favori. On aimerait comprendre pourquoi : étant donné son devoir de réserve FMiste, il est le seul à ne pas avoir dit un mot de politique française depuis quatre ans ! Tout ce qu'on a vu de sa politique, c'est "austérité, austérité,..."

Je comprends et respecte tes angoisses, Anonyme,...Mais je persiste et signe.

G. Eloi

André.P a dit…

Une des solution c'est de faire comme pour l'élection du Pape; les hauts responsables du PS se réunissent rue de Solférino et ne sortent pas pas tant qu'un candidat soit désigné..........

Oliv de Toulouse a dit…

Camarade sénateur,
Pourquoi une entente préalable des candidats? Pourquoi vouloir estomper les différences qui font (ou qui pourraient faire) la richesse du PS?
A force de gommer, vous finirez par vous effacer, déjà la trame se voit.
Osez forcer le trait, rendez vous visibles!
Maintenant que tout est possible, jouez le jeu des primaires.

Va savoir, avec un peu de chance un candidat de Gauche sortira peut être du chapeau.

Bien à toi.

Un camarade du PG (tu sais le truc monté par un ancien collégue du sénat)

Stop à Sarko a dit…

Nous ne voulons pas d'un duel fratricide entre Martine Aubry et François Hollande. Bravo pour cette démarche d'union. Stop à Sarko

Anonyme a dit…

Evitons l'affrontement des légitimités. J'ai signé.

Habemus candidatum ! a dit…

Il faut être un franc-maçon affiché comme Gérard Collomb, le maire de Lyon, pour oser émettre une idée pareille : et si au lieu de primaires le PS organisait un conclave, un vrai, comme à Rome, pour désigner son candidat en 2012 ? Les éléphants du parti seraient bouclés à double tour, rue de Solférino, jusqu’à ce qu’une fumée rose s’échappe de l’immeuble devant les journalistes ébaubis ! Habemus candidatum ! L’Eglise a eu, comme cela, dans son histoire, quelques inventions pas idiotes : comme celle de faire élire le supérieur d’un monastère par tous les moines sans distinction. Un homme, une voix. C’était au moyen âge. Cela s’appelle aujourd'hui le "suffrage universel" !

Anonyme a dit…

DSK rassemblait derrière lui des électeurs que ni Martine Aubry ni François Hollande ne représente et dans ce cas vous deviez être candidat,faut-il analyser cette non candidature comme une reculade? si oui la gauche risque de perdre pas mal d'électeurs potentiels.