mercredi 5 novembre 2008

Congrès de Reims



Bonjour à tous !


Voici les principaux extraits du tchat auquel j’ai participé hier sur le site du Nouvel Observateur sur le thème du Congrès de Reims. Bonne lecture à tous !



Question de : Yann Le Bihan
Comment résumeriez-vous les priorités que le PS pour l´emporter en 2012 ?

GC : Bonjour à tous les internautes, je suis heureux d´être avec vous en ce jour où la victoire de Barak Obama a fait se lever une espérance, non seulement aux Etats-Unis mais aussi dans le monde ! Espérance d´un monde plus libre, espérance d´un monde plus juste. Bel exemple de ce que peut produire une démocratie vivante. Concernant les priorités, je crois qu´il faut que la gauche s´inspire justement du modèle de Barak Obama : être capable de susciter du rêve par la profondeur de son discours et en même temps rendre la réalisation de ce rêve crédible.

Q : Internaute
Les entreprises ne sont pas aimées par la gauche alors qu´elles créent les richesses. Pourquoi ?

GC : Le PS aurait tort de ne pas parler de l´entreprise, de celles qui créent, qui innovent, qui produisent de la richesse réelle. Par contre, la crise financière montre qu´il avait raison de dénoncer les dérives spéculatives de l´économie mondiale.

Q : Claudine
Vous étiez bien plus sexy avec votre moustache. Pourquoi l´avez-vous rasée?

GC : Claudine, rappelez-moi quand vous m´avez connu ? Je sais qu´un certain nombre sont nostalgiques de ma moustache ! Moi, je le suis de l´époque où je la portais...

Q : Internaute
Est-il possible que le représentant d´une aussi grande agglomération soutienne une femme dont on voit, à son seul retard, l´aspect égocentriste et démesuré, faisant apparaître un instinct de revanche se limitant à sa seule personne ?

GC : Lorsqu´on connaît mieux Ségolène Royal, on découvre une personne au contraire très attentive aux autres, très en phase avec les milieux populaires, les jeunes, qui a une vraie sensibilité au monde d´aujourd´hui. Quant à son ego, je rappelle qu´elle a accepté de retirer sa candidature au premier secrétariat, ce qui prouve une vraie vision collective du PS.

Q : Noel Surle
La question des alliances est essentielle pour le PS : l´alliance avec le Modem est possible et souhaitable, pour un grand courant social démocrate responsable et crédible, capable d´assurer l´alternance dans quelques années. Mais si le PS persiste dans l´union avec les communistes et l´extrême gauche, il risque de rester éternellement dans une opposition stérile. Qu´en pensez vous ? Noel Surle, animateur scolaire Hyères

GC : Salut Noël. Comme vous le savez peut être nous avons gagné les élections municipales de Lyon parce que nous avons réussi à faire un vaste rassemblement qui aille de la gauche plurielle jusqu´à des adhérents du Modem se reconnaissant dans nos valeurs. C´est en suivant ce modèle que nous gagnerons aussi au niveau national.

Q : Claude
Comment voyez-vous l´avenir, et la recomposition, de la gauche française ? Etes-vous pour, ou contre, la création d´un grand parti unique ?

GC : Claude, si comme je le souhaite, nous organisions des primaires ouvertes pour la désignation de notre candidat ou de notre candidate aux présidentielles, je suis sûr que beaucoup d´adhérents des autres partis de la gauche plurielle viendraient y participer. Ce serait un premier pas dans la constitution d´un grand parti capable de porter les valeurs de la gauche.

Q : R. Perrin
La crise actuelle ne risque-t-elle pas de menacer sérieusement vos projets sur ce 2e mandat ?

GC : Je viens de présenter mon projet pour le Grand Lyon. Nous consacrerons 2 milliards d´euros pour les grands projets. Il me semble que cela est nécessaire pour soutenir l´activité dans l´agglomération. J´espère que les réformes gouvernementales ne viendront pas diminuer notre capacité d´investissement.

Q : Internaute
De l´action locale dans les projets lyonnais à votre engagement politique national avant ce congrès quelle est votre ligne de conduite, y a t-il des conflits d´intérêts ?

GC : J´ai le même discours au niveau national qu´au niveau local. Je trouve que rien n´est pire, en effet, que d´être dans une contradiction entre l´action et la parole. Je me souviens que c´est ce qui avait perdu l´ancien parti socialiste, du temps de la SFIO.

Q : Internaute
Que pensez-vous de la réforme administrative en cours concernant l´empilement des collectivités locales? Maud

GC Cette réforme est nécessaire, à condition qu´elle n´ait pas pour arrière pensée un pur objectif électoral. Car il y a aujourd´hui dans notre pays trop d´échelons administratifs. Les grandes métropoles en particulier me semblent être sous estimées, alors qu´elles constituent des forces dynamiques dans tous les autres pays européens.

Q : freemo
Quel est l´enjeu à Reims selon vous le choix d´un candidat au poste de premier secrétaire ou celui d´un projet ? Qu´est-ce qui identifie la motion E comme singulière ?

GC : La singularité de la motion E c´est de porter un projet associant étroitement économique, social et écologique, de vouloir privilégier la rénovation du parti par un renouvellement des équipes dirigeantes et par leur rajeunissement, d´avoir un parti plus décentralisé et plus ouvert sur la société, de souhaiter enfin organiser un système de primaires ouvertes.

Q : freemo
Premier signataire mais pas candidat à un poste de premier secrétaire, maire de Lyon gouvernant au centre mais socialiste s´engageant auprès d´une passionaria... Donnez-nous des clés pour comprendre Gérard Collomb...

GC : Ce qui me guide, c´est l´intérêt général, celui du PS, mais plus généralement, celui de notre pays. Je souhaite que demain, le PS soit à nouveau à même d´exercer le pouvoir au niveau national. Cela passe peut-être par des synthèses que j´ai sues réaliser au niveau local et dont je ne vois pas pourquoi elles soient impossibles au niveau national.

Q : internaute
Si la motion E venait en tête qui se présenterait comme premier secrétaire, Ségolène Royal, Vincent Peillon ou Gérard Colomb ? Ceci dit cela ne changera pas pour mon choix qui est la motion E !

GC : Nous commencerions d´abord par en parler avec les représentants des autres motions. Car il faut que le futur premier secrétaire soit une femme ou un homme à même de mobiliser l´ensemble des énergies au sein du PS. Pourquoi pas Vincent Peillon ?

Q : Rebecca
Pragmatisme, réalisme et convivialité semblent être vos maîtres-mots. Peut-on y voir les lignes directrices d´un programme pour le PS et la France ?

GC : Si ces mots devenaient les maîtres mots du PS pour le congrès de Reims, nul ne doute alors que ce congrès serait un congrès réussi. On pourrait y ajouter le sens des responsabilités, la volonté d´imaginer et de créer, alors le PS aurait sans doute de grandes chances de revenir au pouvoir.

Q : Jean-Louis (Paris)
Bonjour, Vous sentez-vous proche des idées d´Obama ?

GC : Oui, je me sens proche des idées d´Obama lorsque dans le premier discours qu´il adressait à la nation américaine, il se référait aux grandes idées de liberté, de justice sociale, d´égalité entre les hommes, de fraternité dans le monde. Je crois que ce type de discours fait passer un souffle nouveau dans le monde politique et qu´il devrait inspirer toutes celles et tous ceux qui se revendiquent des idées de progrès.


Merci à tous, ce tchat est toujours pour moi un moment de plaisir. C´est un moment de débat démocratique. C´est sans doute ce type de dialogue que devrait instituer un parti socialiste rénové. A très bientôt !


10 commentaires:

Yann Le Bihan a dit…

Ma question sur les priorités pour 2012 a perdu quelques mots à la retranscription : il fallait bien entendu lire "que le PS doit se donner pour"...

Une suggestion pour le futur programme : insister davantage sur les liens étroits entre la qualité de l'enseignement et le dynamisme économique.

Exemple : le gouvernement actuel tente de remettre à l'honneur la concurrence interindividuelle à l'école, alors qu'une approche toute différente me semblerait bien plus judicieuse : celle de l'apprentissage, dès les premières années d'école, du travail en équipe. Comment espérer avoir en France des managers habitués à penser "collectif" si l'école s'efforce de former des égoïstes ?

amandine G. a dit…

@ Yann,je suis d'accord sur le fond, mais n'a t'on pas trop tiré sur la corde ces dernières années ? Le résultat n'est il pas qu'aujourd'hui "l'enfant roi" s'est parfois transformé en "enfant tyran" ? J'écoutais la fille de Dolto ce matin sur Inter et c'est la remarque que je me faisais. Ceci étant dit je ne partage pas la vision du gouvernement actuel sur l'éducation.

Amandine

Anonyme a dit…

M. COLLOMB

BON COURAGE POUR CE SOIR

JE VOTE POUR LA MOTION E !!!


VS

Anonyme a dit…

alors c'est Peillon ?

Yann Le Bihan a dit…

@amandine g. : bien sûr, de grosses erreurs ont été commises, qui ont abouti à jeter le "bébé" (= l'autorité nécessaire des adultes...) avec l'eau du bain (l'autoritarisme). Il n'est pas souhaitable de poursuivre dans cette direction, mais nous aurions tort de croire que la seule issue soit un retour aux erreurs du passé. Je pense que vous serez d'accord avec moi pour considérer qu'il y a vraiment d'autres voies.

A mon sens, ce que nous n'avons pas suffisamment exploré en France, c'est la promotion de l'esprit d'équipe. Nous aimons l'afficher - comme dans l'engouement pour les sports collectifs - mais nous ne le "pratiquons" pas vraiment au quotidien. Nous le "regardons", en spectateurs. Mais dans la vie réelle, nous sommes toujours à la recherche de vedettes, de "leaders", capables de nous en remontrer, de penser pour nous, de nous "guider", etc. Et dans nos relations entre citoyens, nous sommes, avouons-le, l'un des peuples les plus enclins aux bagarres stériles. Ce n'est pas - j'en suis convaincu - l'effet du hasard, mais de la perpétuation d'un système qui n'a pas su se remettre en cause, à la différence de ce qui s'est passé dans d'autres pays - et notamment en Europe du Nord.

Nous devons apprendre à penser ensemble, à explorer avec enthousiasme les voies possibles du futur, à débattre sans excès de passion, à nous fixer des buts collectifs à atteindre : autant de choses essentielles que l'école de la République, pour l'instant, n'enseigne pratiquement pas. Lorsqu'un élève sort du lycée avec un esprit "formaté" à la concurrence entre individus par des années de notations, de classements, de rivalités artificiellement entretenues, et - pour beaucoup - de frustrations et d'humiliations, on pourra toujours investir autant de milliards que l'on voudra pour moderniser les Universités : le mal est déjà fait, et c'est une multitude de petits Mozart en puissance (ou de petits Steve Jobs...) que l'on étouffe ainsi dans l'oeuf avec notre si beau système éducatif.

Anonyme a dit…

V. Peillon, ce serait un bon choix en effet...

Anonyme a dit…

treès belle victoire de la motion E

lol

dany a dit a dit…

félictations mr. le maire . mr le maire de paris peut être content de lui ! il n'a pas fait velove, il n'a pas fait les berges et il ne fera pas l'avenir du parti socialiste !!!

dany

Anonyme a dit…

Grand bravo à notre motion!
62% à Dijon. Apres Reims enfin le PS va changer !

Jean SEGARD a dit…

Je pense que Segolène Royal ne sera pas à la tete du PS à cause de certaines de ses exigences pour ainsi dire médiatique.Elle n'a que 29 pour cent des Voix mais avec son mauvais parcours actuel,elle va enpredre beaucoup si elle désire passer en force devant tout le monde.Je pense que Martine AUBRY mAIRE DE lILLE A RASSEMBLE BEAUCOUP PLUS DEPUIS LE DEBUT DU CONGRES;eLLE AURA DU POIDS DANS LA BALANCE;Par ailleurs je suis allé à LYON plusieurs fois et c'est une ville superbe comme aussi l'environnement professionnel.J'avaius eu l'occasion de visiter le Journal de LYON,et j'ai assisté aux Courses de trotteurs puis je suis allé à EUREXPO pour les Métiers de BOUCHE.Je me souviens de Mr DEMARETZ qui dirigeait un service à l'hippodromme de LYON,il était de CALAIS comme moi. Bien amicalement à la région.Jean SEGARD de CALAIS BLOG SEGARD SANGATT