vendredi 12 septembre 2008

Biennale de la Danse


Bonjour à tous !



Cette semaine a évidemment été marquée par le lancement de la Biennale de la Danse à Lyon. Un événement culturel majeur qui fête cette année ses 25 ans. Et bien évidemment, l'événement du week-end est le grand Défilé, dimanche, sur la Presqu'île

42 compagnies, 600 artistes en provenance d'une vingtaine de pays, plus de 85000 spectateurs... Les chiffres donnent le tournis ! En fait, ces chiffres révèlent surtout le succès de cette biennale de la danse.

A l'origine de cette aventure extrordinaire, il y a Guy Darmet. Son idée au départ était de "casser l'image élitiste de la danse en lui rendant sa juste place, celle d'un art populaire".


Pour ma part, j'ai assisté mardi à la Maison de la Danse à la représentation de "Good Morning , Mr Gershwin", donnée en ouverture de cette biennale par la Compagnie Montalvo. Un très beau spectacle.

Pendant trois semaines, c'est toute notre métropole qui vit au rythme de la danse. Je vous invite à découvrir toute la programmation en cliquant ici.


Et, bien évidemment, je vous donne rendez-vous dimanche pour le grand défilé. Rendez-vous à 15h00, des Terreaux à Bellecour, le long de la rue de la République.

Bon week end à tous !



2 commentaires:

Anonyme a dit…

Un très très très beau défilé. Bravo à tous les danseurs. Ils étaient splendides !

didier a dit…

Monsieur le Maire, nous avons passé un dimanche de reve, en famille, aux abords de la place bellecour. Ce défilé de la biennale est une manifestation rare qui mérite d'être connue partout en France. Voir des habitants de communes aussi disparates que sainte foy les lyon et vaulx en velin dansser main dans la main, franchement, quel message ! Nous vivons dans une société repliée, soumise aux tensions politiques, mediatiques, sociales, économiques, de plus en plus fortes. Il nous faut multiplier ce genre de rencontres festives pôur adresser un message de fraternité, de soldarité, de paix. Je sais, ça fait un peu sourire de tels mots. Mais dimanche, en regardant les couleurs, en écoutant les rythmes de la samba, du rap, du bal musette, tout mélangé, en voyant le public ébloui, alors oui, je me disais : revendiquons le droit à la fete et à la poésie !

Didier, Villefranche