jeudi 24 avril 2008

Mai 68 à Lyon


En mai 68, j’avais 21 ans. Etudiant en licence de lettres classiques, j’étais convaincu comme beaucoup de gens de ma génération que nous pouvions changer un monde qui, à bien des égards, nous paraissait injuste

Mai 68, c’est évidemment pour nombre de jeunes de l’époque un sentiment de plénitude et de joie intense où l’on pensait pouvoir changer le monde. La grande aspiration de réforme et de libération de la société résonnait en moi avec force. Pour autant, je n’ai jamais partagé l’exaltation révolutionnaire d’un certain nombre de mes camarades.

A l’époque, j’étais déjà convaincu que si le combat politique ne pouvait transformer la société de façon radicale, il pouvait du moins la faire évoluer en profondeur. A condition d’agir dans la discussion, dans la confrontation des idées, dans le débat, et non dans un affrontement systématique et violent.

C’est ainsi qu’avec quelques amis, je suis devenu un des animateurs de l’aile réformiste du mouvement étudiant appelée « groupe de la Salle 3 ». Au début de 1969, j’adhère au mouvement universitaire de la Convention des Institutions Républicaines. Un an plus tard je suis reçu à l’agrégation de lettres classiques...

La bibliothèque municipale de la Part-Dieu présente actuellement l'exposition "Mai 68 à Lyon". Ce samedi a lieu une journée d’étude avec des témoins, sociologues, journalistes et historiens qui reviendront sur ces événements de notre histoire contemporaine.

9 commentaires:

romain, blachier a dit…

merci pour ce témoignange trés humain.

A toi la responsabilité d'aujourd'hui faire émerger la jeunesse de progrés lyonnaise de demain!

romain

www.lyonnitudes.fr

Perrine a dit…

@ romain : ne crois-tu pas qu'il est temps pour la jeunesse lyonnaise de s'émanciper et de prendre son destin en main ?

bruno a dit…

je ne suis pas à lyon ce week end par contre j'irai voir l'expo à la bm... merci de l'info

bruno

Anonyme a dit…

Visiblement Collomb n'aime pas trop la chienlit !!!

romain blachier a dit…

@perrine:on ne demande que ça!

www.lyonnitudes.fr

Anonyme a dit…

gerard , a quand le COMING-OUT?

Anonyme a dit…

C'est De Gaulle qui a qualifié Mai 68 de "chienlit", alors que le slogan de cette affiche retrace bien autre chose.
Pour moi ce fut aussi l'émergeance sur les lieux de travail, dans les familles d'une émancipation des individus , du combat pour l'égalité réelle, pour les salaires notamment" a travail égal , salaire égal. En écoutant un distingué économiste sur France Culture, et le président sarkozy hier encore, je pense que ce combat est encore d'actualité, même sans exaltation révolutionnaire. C'est bien vu d'en faire aussi un évènement sur ce blog, alors j'irai samedi matin à la BM.
Simone

Perrine a dit…

Moi je suis née en 1973 et contrairement à ce que dit la chanson, ce n'est pas si glamour que ça ! JE trouve que nos parents appartiennent à une génération qui a beaucoup profité. Elle a fait son mai 68, mais quid ensuite de ces idéaux de liberté, d'égalité entre les sexes, de partage ? Avoir 30 ans dans les années 2000, c'est très dur et j'ai la pénible impression que les "révolutionnaires" de 68 sont aujourd'hui devenus à la fois les esclaves et les maitres d'un capitalisme sauvage qui engloutit tout sur son passage. Surtout les géns de ma génération, "génération X", surendettée, exploitée, lessivée.

romain blachier a dit…

tout à fait d'accord avec Perrine...et en politique c'est ça en pire!

www.lyonnitudes.fr