mercredi 29 octobre 2008

Réchauffement climatique


Les Eurocities s’engagent à Lyon


Lundi, 43 villes membres des Eurocities ont pris à Lyon l’engagement de lutter contre le réchauffement climatique. D’autres suivront…


Partout le fait urbain s’impose à travers le monde. En 1950, par exemple, un homme sur dix vivait dans des villes. Dans quelques années, les deux-tiers de l’humanité vivront en milieu urbain. Si l’économie se développe dans les villes, c’est aussi le lieu où se créent les problèmes de pollution.

C’est pour cela que le climat est un sujet central pour nos villes et on voit bien que, derrière la crise actuelle, une autre crise existe liée au changement climatique.

A elles seules, les villes consomment en effet 75% de l’énergie mondiale et sont responsables à 85% des gaz à effet de serre. Principales contributrices aux effets de pollution, les villes sont aussi parmi les premières à en subir les effets.

Mais si elles sont à la source du changement climatique, elles sont également les mieux à même de faire évoluer la situation. C’est le cas, par exemple, en matière de mobilité urbaine. Car c’est dans nos villes que se construisent les grands réseaux de transports en commun ou que se développent les modes déplacements doux.

Avec Vélo’V, Lyon a d’ailleurs quelque peu révolutionné la pratique de ce mode qui semblait dépassé. Or, on voit bien que l’usage du vélo en ville est redevenu complètement habituel. Autre exemple : nos politiques d’urbanisme et d’habitat où là encore, plutôt que de continuer sur le modèle de l’étalement urbain, nous pouvons construire une ville plus dense qui se concentre autour des grandes lignes de transports en commun. Donc, une ville moins consommatrice du territoire et centrée autour d’un mode de déplacement moins lié à la voiture.

Enfin, nous avons aussi un rôle à jouer en matière de développement économique. A l’heure des "cleantechs", à nous d’inventer un modèle de développement plus soutenable. C’est cette volonté de faire que nos villes, en particulier celles d’Europe, soient au cœur de cette action pour la prise en compte des problèmes climatiques qui a inspiré les Eurocities.

C’est pour cela que nous avons créé, en 2007, un groupe de travail présidé par Nantes Métropole comprenant un grand nombre des Eurocities. Lundi, 43 d’entre elles ont pris l’engagement de lutter contre le réchauffement climatique. A partir de leurs propres expériences, comme les "plans climat" qu’à l’instar de Lyon, certaines villes ont lancés ces dernières années, l’objectif est de mettre l’Europe aux avant-postes de la lutte contre le réchauffement de notre planète.

Cette conférence à Lyon des Eurocities marque une étape importante, avant la réunion de Copenhague, en décembre 2009, où les chefs d’Etat devront se mettre d’accord sur un protocole d’après Kyoto et tracer les grandes lignes d’une politique mondiale visant à prendre en compte les changements climatiques.

Ce problème est crucial et nous ne voudrions pas qu’à Copenhague, il y ait un choix à opérer entre la lutte contre la crise économique et celle contre la crise écologique. Car pour nous, il s’agit de mener conjointement ces deux luttes complémentaires l’une de l’autre.


2 commentaires:

Anonyme a dit…

Gégé, Obama ou Mc Cain ?

genevieve a dit…

Mr Collomb,

Je suis d'accord avec vous sur le rôle des villes dans la lutte contre le réchauffement climatique. Il est urgent que les villes américaines, en particulier, entrent en jeu pour faire progresser ce combat contre le changement climatique.

Geneviève