mercredi 2 juillet 2008

T'chat

Voici les principaux extraits du t'chat que je viens de tenir avec les internautes sur le site du Nouvel Observateur concernant l'avenir du PS. Bonne lecture à tous !


Question de : Internaute
Bonjour, on entend souvent les socialistes s´opposer à n´importe quelles propositions de la majorité. Mais sur certains sujets, on a l´impression que n´importe quel prétexte est bon pour s´opposer, même si on est plutôt d´accord avec la majorité…

Réponse : Vous pointez une des faiblesses du PS. Nous ne sommes que dans la critique mais nous n´indiquons pas quelles solutions nous appliquerions nous-mêmes aux questions immenses qui sont celles de la société dans tous les domaines : économique, protection sociale, retraites...

Question de : Elsa
Vous êtes maire, sur le terrain. Les éléphants du PS, eux sont coupés de la réalité. Pourquoi les socialistes ne dialogueraient-ils pas avec les syndicats et avec différents mouvements dans la société civile ? P

Réponse : Un certain nombre d´élus de terrain du PS doivent aujourd´hui prendre la parole. C´est pourquoi nous avons publié une contribution intitulée "La ligne claire". Par ailleurs, ce que vous dites concernant le dialogue que nous devons établir avec les différentes composantes de la société civile me semble juste. Un exemple : celui de la baisse de la taxe professionnelle, qui est aujourd´hui imposée aux grandes collectivités locales. Nous avons dialogué avec le gouvernement sans succès. Devant cet échec, nous avons décidé de nous adresser directement aux syndicats patronaux pour leur expliquer combien ces impôts que nous prélevions étaient nécessaires pour développer nos économies locales : investissement dans l´éducation, dans l´université, dans la recherche, dans des infrastructures comme les transports en commun, etc.

Question de : Internaute
Combien de temps faudra-t-il au PS pour s´apercevoir que son avenir ne se joue pas au centre mais bien à gauche ou Besancenot ne fait qu´occuper l´espace laissé désert par la
gauche ?

Réponse : Quand le PS a un projet novateur, qu´il attire les électeurs, il est l´élément central de la vie politique. Alors il attire des électeurs qui sans cela pourraient être tentés par un vote protestataire (extrême-gauche) ou par un vote Bayrou, jugé plus moderniste.

Question de : Internaute
Votre contribution est une demarche portée par des acteurs locaux pour reprendre vos terme. Pourquoi n´avez vous pas voulu travailler avec Ségolène Royal qui elle aussi en fait partie ? Et ne vous considérez-vous pas être une manoeuvre d´appareil en mettant Ségolène Royal de coté ? Allez-vous la rejoindre et travailler avec elle ?

Réponse : Aujourd´hui, nous souhaitons que tous ceux qui se reconnaissent dans un discours réformiste se retrouvent ensemble dans la même motion : de Ségolène Royal à Bertrand Delanoë. Le problème d´aujourd´hui est donc celui de la clarification de la ligne politique, non du choix d´un candidat.

Question de : Internaute
Bonjour, Le PS a augmenté les impôts dans les régions en nous disant que c´était la faute de l´Etat. Quand vous serez au pouvoir, est-ce que vous diminuerez ces impôts ?

Réponse : Je ne suis pas un dogmatique en matière fiscale. Parfois il est bon d´augmenter les impôts, même s´il convient de les utiliser plutôt pour préparer l´avenir que pour faire face à un creusement de déficit de gestion. C´est ce que j´ai fait à Lyon, où j´ai augmenté une fois les impôts de 5% pour la ville, de 7% pour la Communauté urbaine. Ce qui m´a permis de faire monter la ville en puissance, d´assurer une vraie mixité sociale et d´être porteur de projets novateurs en matière de qualité de la vie. Apparemment les électeurs ont apprécié, puisqu´ils m´ont réélu dès le 1er tour. C´est le même discernement dont il faut faire preuve au niveau national.

Question de : Internaute
Vous étiez un soutien de Ségolène Royal. Que s´est-il passé?

Réponse : L´heure n´est pas au choix des candidats pour les présidentielles, mais au renouvellement des idées du PS. C´est en renouvelant l´appareil intellectuel de la droite que Nicolas Sarkozy a gagné. Pour que la gauche puisse emporter demain la victoire, il faut qu´elle commence par rénover ses schémas de pensée.

Question de : Internaute
Que comptez-vous faire, pour que le PS redevienne une alternative à la politique désastreuse de Nicolas Sarkozy ?

Réponse : C´est tout le sens de notre contribution : peser suffisamment pour éviter le bal des égos, et en même temps, faire porter le débat sur les problèmes de fond qui sont aujourd´hui les problèmes les plus essentiels pour les Français.

Question de : Internaute
"Nicolas Sarkozy espère que Olivier Besancenot sera pour la gauche ce que Jean-Marie Le Pen a été pour la droite, il le dit, il l´avoue." La déclaration est signée de Pierre Moscovici au lendemain du lancement par la LCR du Nouveau parti anticapitaliste". "Je crois que nous
laissons trop d´espace à Olivier Besancenot. Qu’en pensez-vous?

Réponse : Olivier Besancenot n´est fort que de nos faiblesses. Si notre discours pour l´avenir parait crédible par les Français, conforme à la fois à la réalité économique et sociale et porteur d´espérance, à ce moment-là, les scores d´Olivier Besancenot diminueront. Personne ne pense en effet qu´il n´arrive jamais au pouvoir. Il apparait simplement comme le meilleur porteur d´une protestation collective devant la dégradation de la situation des Français.

Question : Le PS va-t-il enfin faire son Bad-Godesberg?

Réponse : Il serait temps ! Car le problème n´est même plus pour nous de passer de ce que nous considérions comme étant l´originalité du PS français par rapport aux autres partis social démocrate européens : être un socialisme "authentique", il est d´inventer une post-social démocratie, capable d´apporter des réponses à une économie globalisée.

Question : Militant de longue date je voudrai te demander pourquoi notre parti est encore imbibé de l´idéologie collectiviste ?

Réponse : Cela tient aux conditions historiques de la naissance du PS qui a toujours craint de ne pas apparaitre assez à gauche, hier par rapport au parti communiste, aujourd´hui par rapport à une critique gauchisante. Le seul problème de ces deux courants est que souvent, loin de répondre aux attentes des populations, ils se sont abîmés dans des dérives lourdes de malheurs pour les peuples où leurs politiques se sont appliquées.

Question de : Internaute
Pensez-vous qu´il ne serait pas judicieux de gérer la sécurité sociale comme une entreprise?

Réponse : La Sécurité sociale ne sera jamais une entreprise ! Ce qui ne veut pas dire qu´elle doit trouver des modes de management à la fois plus efficaces au niveau économique qui correspondent davantage aux attentes des assurés sociaux. Des pays socio démocrates comme le Danemark, mais aussi les pays scandinaves, ont inventé des nouvelles formes de sécurité, qui correspondent mieux au mouvement rapide de notre monde et à son besoin de changement. Ils ont par exemple développé des politiques de flexisécurité, que nous devrions regarder d´un peu plus près.

Question de : Internaute
A quelles conditions pourriez-vous devenir un ministre de Nicolas Sarkozy?

Réponse : Qu´il cesse d´être Nicolas Sarkozy ! Si j´apprécie chez lui un certain côté volontariste, je trouve par contre qu´il fait fausse route lorsqu´il pense, par exemple en matière économique, qu´il faut lutter contre la concurrence des pays émergents par la baisse des coûts et une réduction de la protection sociale. Il faut y répondre en développant une économie de la connaissance. C´est ce que font les pays scandinaves qui ont aujourd´hui les plus fort taux de croissance économique, et en même temps, assurent la meilleure protection sociale.

Question de : Internaute
Ségolène Royal ne vous fait pas peur?

Réponse : Que l´on ne se méprenne pas sur mon positionnement : j´ai une grande estime pour Ségolène Royal, je trouve que pendant la campagne elle a fait preuve de courage. Il lui manquait simplement de pouvoir s´appuyer sur des idées novatrices que le PS aurait dû construire longtemps avant le temps de la campagne.

Question de : Victorinox
Qu´est-ce qui différencie votre contribution des autres contributions ?

Réponse : Je pense que mes réponses précédentes peuvent vous éclairer. Nous voulons rajeunir les idées, faire émerger de nouvelles générations, faire adopter au PS une ligne clairement réformiste, celle qui fait notre succès dans les scrutins locaux.

Question de : Internaute
Irez-vous jusqu´à la motion ?

Réponse : Si nous ne sommes pas entendus, oui. Nous n´avons en effet, avec les autres membres de notre contribution, ni position à défendre, ni volonté de conquête de places nouvelles dans l´appareil. Nous voulons simplement faire gagner le PS.

Question de : Internaute
Il est dit dans la presse que vous pourriez vous allier avec Martine Aubry qui pourrait être un bon secrétaire de transition car non présidentiable. Pensez-vous vraiment que Martine Aubry ne pense pas à 2012?

Réponse : Tout dépendra de la ligne qu´adoptera Martine Aubry. Il faut que sur un certain nombre de sujets, l´Europe par exemple, nous soyons clairs. Martine Aubry devra donc dire elle-même clairement si elle est pour la poursuite de la construction européenne ou pour un retour en arrière dans ce domaine.

Question de : Jean-Louis
Pensez-vous que Martine Aubry a raison de dire qu´il ne faut pas toucher aux 35 heures ?

Réponse : Je n´étais pas de ceux qui étaient pour une loi unique sur les 35 heures. Et donc, je n´en ai jamais été fanatique. Mais je constate qu´aujourd´hui, un accord sur ce point avait été trouvé entre le patronat et les syndicats. Il suffisait de s´appuyer sur cet accord et non pas de légiférer, de manière purement idéologique, sur un thème qui sera vécu par beaucoup comme sous tendant un esprit de revanche. Nous avons besoin dans ce pays de cohésion et non de division.

Question de : Victorinox
Comment avez vous réussi à vous faire réélire dès le 1er tour des élections municipales dans une ville comme Lyon ?

Réponse : Tout d´abord en menant de pair développement économique, équité sociale dans l´agglomération lyonnaise, et prise en compte de la qualité de la vie des Lyonnais. Ensuite en proposant un nouveau projet qui accentue une telle dynamique. Enfin en composant une liste qui comprenne à la fois toutes les composantes de la gauche, mais sache aussi s´ouvrir à la société civile, et aux centristes qui depuis longtemps déjà, avaient affirmé qu´ils étaient d´accord avec nos choix et désiraient participer à nos projets de demain.

Question de : Internaute
Bertrand Delanoë et Martine Aubry critiquent les sorties médiatiques de Ségolène Royal mais que pensez-vous de leur rencontre surmédiatisée à Lille? On est bien dans le show médiatique non?

Réponse : Faisons-nous moins de câlins en public, soyons plus amicaux entre nous en privé. Cela sera meilleur pour l´avenir du PS !

Question de : Internaute
N´avez-vous pas peur de passer pour un "droitier" au PS ? Que Manuel Valls signe votre contribution, c´est assez significatif...

Réponse : Regardez les signatures sur le site de La Ligne Claire : vous verrez qu´il n´y a pas que Manuel Valls ! La véritable question est de savoir qui peut rendre une dynamique à des Français qui désespèrent, qui peut dans la réalité leur apporter une véritable amélioration de leur vie quotidienne.


3 commentaires:

Anonyme a dit…

d'accord avec vous quand vous dites qyue besancenot n'est fort que de nos faiblesses. bravo pour ce discoiurs de vérité et de courage. mais je crains que le ps ne soit pas encore prêt à couper le fil rouge. surtout depuis l'échec de walter veltroni en italie qui a démontré que la gauche sans son aile gauche ne faisait pas le poids face aux populismes de droite.

nono a dit…

je vous trouve bien indulgent pour Nicolas Sarkozy !!! c'est donc ça le sarkollombisme ? une critique molle du gouvernement ??? reprenez vous!!! sans quoi vous ne risquez pas un jour de diriger le ps!!!

Anonyme a dit…

Voici à partir de ce lien le nouvel espoir du peuple de gauche, des classes populaires et moyennes et de tous les français:

http://guillaumebalas.canalblog.com/archives/2008/02/19/8042828.html

Lui seul pourra être le meilleur opposant à Sarkozy et remettre en ordre de bataille le PS !